Observatoire Pôle emploi

Témoigner, s'informer, partager, être aidé

PARTICIPER AU FORUM NOUS SOUTENIR

Restructuration à Pôle Emploi : la vente à la découpe du service public continue !

Écrit par olivier. Publié dans Actualité

AUGMENTATION DES EFFECTIFS A PÔLE EMPLOI ?
La Direction Générale de Pôle Emploi s'est récemment fendu d'un communiqué pour annoncer pêle-mêle : 2500 à 3000 conseillers emploi supplémentaires, 2000 psychologues du travail supplémentaires, 100 employés pour accompagner la transformation digitale à Pôle Emploi.
Des recrutements vous diriez-vous ? Pas du tout.  
Ces évolutions se feront à effectifs globaux constants.
C'est la moitié des conseillers indemnisation que l'Etablissement veut déplacer, tels des pions, vers l'accompagnement à l'emploi. 
Ce mensonge éhonté de la Direction Générale de Pôle Emploi, osant parler de "réduction" de l'activité du personnel de la gestion des droits, vise à camoufler une restructuration  derrière une Gestion Prévisionnelle des Emploi et des Compétences (GPEC) qui consiste à lister les emplois « émergents » pour mieux lester des emplois dits « en décroissance ».
Cet "out placement" interne, sur la base du volontariat, appelé pudiquement "transition professionnelle" ou "trajectoire Gestion Des Droits" sera encouragé par ce qu'ils osent appeler une prime de 1400 euros ... fractionnables  en deux fois ! 
FIN DE L'INDEMNISATION DES CHÔMEURS ?
Comment la Direction Générale de Pôle Emploi peut-elle dire que la gestion des droits est en décroissance ? Aurait-elle décidé d'arrêter d'indemniser les chômeurs ? Ou bien  la machine va-elle faire le calcul toute seule, paramétrée à minima (sans interventions manuelles d'un agent compétent  pour les nombreux accès aux droits non paramétrés), et ce, à partir des informations enregistrées par les chômeurs et les employeurs, avec leurs erreurs inévitables, sans aucun contrôle des agents qualifiés/compétents pour corriger et rectifier ces erreurs ? 
CONSEIL, INFORMATION, PLACEMENT, INDEMNISATION : LE COEUR DES MISSIONS, A L'ORIGINE DE LA CREATION DE PÔLE EMPLOI, LIQUIDEES    
APRES,
la fusion ANPE ASSEDIC, le 3949 généralisé, la fermeture des services Pôle Emploi l'après-midi, la dématérialisation des services inscription et demande d'allocation, l'échec du conseiller UNIQUE "couteau-suisse" qui informe, conseille, indemnise, accompagne, prospecte les entreprises et place dans l'emploi, APRES la délocalisation des agences locales dans les contrées les plus éloignées des chômeurs et la fin du service de proximité… 
APRES, l'externalisation de missions fondamentales de Pôle Emploi  vers des entreprises privées (CAPGEMINI, WEBHELP , INGEUS, AKSIS, TESSI, ARVATOR...la liste est longue) qui se gavent grâce aux largesses du Service Public et à la cécité de ceux qui l'administrent, le financent (3,3 Md€ en 2016 proviennent de nos cotisations : Article L5422-24), le gèrent et le contrôlent,   
 
VOICI,
 
l'accompagnement à la "transformation digitale" qui consiste à coacher les chômeurs pour qu'ils deviennent leur propre conseiller en utilisant des gadgets accessibles par internet : emploi store pour ne pas le citer, VOICI le « Bob Emploi », algorithme qui ne devrait pas mettre longtemps à détrôner la fréquentation du site Pôle Emploi puisqu'il devient impossible pour les chômeurs de se rapprocher d'offres raisonnables tant du point de vue de leurs compétences que de leur choix géographique.  Ce site Pôle Emploi dont on nous a tant vanté l'agrégation des offres avec celles des partenaires privés (JOBI JOBA Et autres JOB machins trucs) qu'à la fin, il se désagrège et devient un repère d'escrocs qui arnaque les chômeurs par l'emploi alléché, VOICI des conseillers de la gestion des droits indemnisation qui n'auraient plus aucune raison d'exercer leur métier, à croire que les chômeurs ont su, eux, devenir conseillers uniques : ils s'auto inscrivent, s'auto indemnisent, s'auto forment... s'auto emploient, s'auto radient, VOICI les contrôleurs de la recherche d'emploi,  emplois forcément émergents, assurés par des conseillers à l'emploi déqualifiés à force d'entretiens à l'arrache, de portefeuille gonflé à bloc et d'incitations à prescrire, en  jouant les chefs de gare pour orienter les chômeurs vers le train des prestataires externes dont l'objectif est : Combien ça rapporte ? ...
DES OBSTACLES POUR ACCEDER AUX DROITS 
Ce que nous constatons nous, sur le forum de Recours Radiation, c’est que l’essentiel des difficultés des chômeurs sont liées certes aux recours contre les radiations, mais aussi à l'absence de conseil sur leurs droits au moment de l'inscription,  à l'insuffisance de personnel spécialisé notamment sur l'assurance chômage dont la complexité n'est plus à démontrer, à des notifications de trop perçus... à des absences de paramétrage du système informatique d'un certain nombre de règles. Dans ces situations-là, le système rejette des droits à tort ou ne les identifie pas, génère des trop perçus non justifiés, voire prescrits. Sans l'intervention d'un conseiller qualifié qui intervient ou force le système, l'erreur est entérinée.  
Les chômeurs n’ont rien à gagner dans cette énième suppression de personnel qualifié à Pôle Emploi. En revanche, on voit bien l'intérêt de Pôle Emploi et de l'UNEDIC de supprimer ceux qui détiennent la connaissance de la règlementation de l'assurance chômage : rendre encore plus difficile l'accès aux droits et faire des économies sur le dos des chômeurs.
La prochaine étape pourrait bien être, l'externalisation totale de l'indemnisation vers une entreprise privée, qui se contentera d'alimenter des compteurs, des données qui fileront sans contrôle vers le grand portail numérique du CPA géré par la Caisse des Dépôts, où dés l'âge de 16 ans, jusqu'à sa mort : le chômeur, le salarié, l'actif ou pas, le retraité, pourra compter ses points à partir de son smartphone... s'il en a un. 
 
Ce communiqué, accompagné de différentes pièces, adressé à la presse et à des associations/collectifs/syndicats qui défendent l'intérêt des salariés et des chômeurs, est destiné à alerter les usagers de Pôle Emploi, et plus largement  l’ensemble des services publics en danger.  
                                        Arrêtons la casse tant qu’il est encore temps !