risque de radiation après rupture période d'essai

Mettre des mots sur une situation, témoigner...

risque de radiation après rupture période d'essai

Messagede geronimo26 » 03 Mar 2016, 06:49

Bonjour,

Je viens de rompre ma période d'essai d'un mois après un contexte un peu particulier.

Fin janvier 2016, j'ai été embauché dans une mission locale afin de travailler sur le poste de conseiller Garantie Jeunes avec pour objectif d'animer un groupe ("dynamique collective" disait l'offre). Ce dispositif est le suivant : animation collective avec un conseiller dédié (moi-même) et un conseiller pour le suivi individuel des jeunes, cela fonctionne donc en binôme. Le poste m'avait été présenté ainsi.

Très rapidement, je me suis rendu compte que j'étais seul sur le dispositif avec un binôme inexistant, c'est à dire une conseillère en formation en alternance, travaillant également sur un autre site et de surcroit en grande difficulté personnelle sur le poste depuis plusieurs mois : de nouveau, elle s'est retrouvée en arrêt maladie. Finalement sur un mois, je l'ai vu une fois.

J'ai donc passé quatre semaines seul sur le dispositif, de plus en plus en difficultés, avec un groupe de jeunes qui me sollicitaient régulièrement sur leurs problématiques individuelles et j'étais sans réponse et de plus en plus démuni. J'ai rapidement alerté la direction qui m'a répondu que face à la situation, un recrutement allait avoir lieu rapidement pour pallier au manque. A quelques jours de la fin de ma période d'essai, tous les jeunes avaient trouvé un stage et j'étais plutôt satisfait de les avoir vu progresser dans la dynamique de groupe créée. Finalement personne pour établir les conventions de stage, pas de directrice pour donner des directives et un refus des conseillères de la mission locale de m'aider dans cette démarche administrative que je ne maitrise pas et qui n'était pas de mon ressort...

J'ai décidé d'envoyer une lettre en recommandé à mon employeur pour le solliciter afin de renouveler ma période d'essai d'un mois afin de vérifier que les moyens promis seraient mis en œuvre ou alors de rompre ma période d'essai.

Dans un premier temps, un accord verbal m'a été donné puis la direction a fait machine arrière en refusant le renouvellement d'un mois de la période d'essai initiale (argument : pas prévu dans la convention collective) et donc rupture de la période d'essai de mon fait.

J'ai travaillé près de 200 heures (pas d'heures supplémentaires payés ou récupérations...) en février pour pallier aux manques suivants : pas d'outils pédagogiques pour l'animation de groupe, il a fallu tout construire à partir du cahier des charges. Ce poste me plaisait bien et c'est pour cette raison que j'avais proposé un renouvellement de la période d'essai afin de vérifier qu'une embauche serait effective rapidement.

Je me suis donc retrouvé dans une situation :

- soit poursuivre en prenant le risque "d'exploser", le rythme n'était pas soutenable bien longtemps.
- soit rompre le contrat pour me protéger et risquer de ne pas avoir droit à l'indemnisation.

C'est plutôt du non-choix !!!

Finalement, je risque de n'avoir pas droit à l’indemnisation de Pôle Emploi, je me trompe ? (il me reste environ 180 jours de droits)

Existe t'il une possibilité de recours à ce moment-là au vu des circonstances particulières ?


Pour la petite histoire
: la personne qui occupait le poste précédemment s'est retrouvée dans la même situation que moi et a connu les pires difficultés avant de faire un burn-out, je ne l'ai appris que récemment.

Alors défendable ma situation face à Pôle Emploi ?

Merci à vous !

Bien cordialement...
geronimo26
 
Messages: 2
Inscription: 03 Mar 2016, 06:15

Re: risque de radiation après rupture période d'essai

Messagede Rosecelavi » 03 Mar 2016, 10:48

Bonjour geronimo26,

Quelle expérience difficile ! Surtout qu'à vous entendre, la "gestion" des ressources humaines de cette mission locale risque de se perpétuer encore un petit moment quand on voit les non solutions qu'ils proposent.

Il semblerait malheureusement que cela ne soit pas des faits isolés, et cela se passe aussi dans certaines maisons de l'emploi, PLIE et autres structures où l'on demande au personnel des objectifs impossibles à tenir compte tenu des moyens alloués.

Concernant les heures travaillées non payées, vous pouvez envoyez à la mission locale une lettre, en recommandé avec accusé de réception, dans laquelle vous décrivez vos conditions de travail, les moyens que vous n'aviez pas, le binôme fantôme, les collègues en arrêt maladie et votre non choix, resté dans des conditions "intenables" sur la durée, ou démissionner, alors que vous aviez proposé une alternative humaine : reconduire la période d'essai pour donner le temps à la Mission locale de vous allouer les moyens prévus (binôme, administratif etc..). Vous pourrez ajouter que, au regard des réponses que vous avez eues, vous n'aviez pas d'autres choix que d'interrompre la période d'essai.

Vous pourrez écrire que ce choix est pour vous douloureux car vous aimiez votre travail et avez obtenu de bons résultats au regard du nombre de jeunes qui avaient trouvé une solution (stages ...), sans pouvoir l'entériner faute de moyens pour monter les dossiers (aucun personnel administratif susceptible de faire ou de montrer comment faire).

Vous indiquerez que vous avez effectué X heures supplémentaires et que vous demandez donc qu'elles vous soient payées, dans les 10 jours. Et vous pourrez envoyer copie de ce courrier à la DIRECCTE.

C'est, il va de soi, une proposition. Juste parce que je trouve anormal que cette mission locale reproduise indéfiniment cette maltraitance de son personnel, sans être inquiétée, jamais.

En ce qui concerne votre indemnisation. Je ne sais pas quelle était votre situation avant la prise de poste à la Mission locale. Vous étiez salarié ailleurs et vous avez eu une rupture de contrat indépendante de votre volonté (fin de contrat, licenciement etc...) ? Vous étiez inscrit à Pôle Emploi déjà indemnisé ? autres ?

Je pourrais mieux vous répondre si vous me répondez.

Cordialement,

Rosecelavi
Rosecelavi
 
Messages: 25353
Inscription: 29 Juin 2008, 08:45
Localisation: Lyon

Re: risque de radiation après rupture période d'essai

Messagede geronimo26 » 03 Mar 2016, 19:54

Merci pour votre réponse !

Votre forum a bonne réputation...

Pour revenir à ma situation, c'est surtout ma rupture de période d'essai qui m'inquiète :

- j'étais en CDD dans une structure lyonnaise sur la prestation des compétences-clés, CDD renouvelés par avenant au mois jusqu'au 31 janvier 2016. On dira que cela s'est bien passé même si la situation n'était pas spécialement confortable car je suis originaire de la Drôme et aller bosser à Lyon tous les jours même pour 3 h, cela impliquait 3 h 30 h minimum par jour de trajet, mais bon, quand il faut bosser...
=> Pôle Emploi complétait jusqu'à janvier dernier mes temps partiels : variables d'un mois à l'autre.

A ce jour, il me reste +/- 180 jours d'indemnisation.

- avant les compétences-clés, j'ai été en situation de licenciement économique en 2014 sur un poste à Lyon dans une structure d'insertion où j'étais formateur pour publics en difficultés (désolé pour l'appellation) pendant 8 ans, la baisse des subventions du FSE ont amené à ce licenciement et malgré mon choix pour le contrat de sécurisation professionnelle, "Pôle Emploi" m'a placé en "employabilité immédiate" et chaque mois j'ai enduré un réel contrôle de mes recherches de poste malgré mon projet de reconversion sur un métier + porteur. Tout a été fait pour bloquer mon projet qui ne demandait qu'une formation de 4 mois à l'AFPA... J'ai même "subi" des ECCP pour vérifier mon projet alors que j'ai 47 ans et 15 ans de métier dans l'insertion en tant que chargé d'insertion et formateur... Une humiliation mensuelle... Passons.

Ce jour, je n'ai pas de revendications concernant mes heures supplémentaires ; c'est surtout que je n'imagine pas être puni d'avoir fait une rupture en période d'essai car la mission locale n'a pas mis en place les moyens nécessaires et PROMIS pour me permettre d'accomplir ma mission. C'est autant une colère, qu'une souffrance... une souffrance surtout.

J'essaye de négocier avec la direction de la mission locale une requalification de ma rupture : "en commun accord". Car si demain, mon indemnisation s'arrête, je perds tout, tout. C'est pour moi d'une violence rare, une violence qui prend son origine dans la question de la justice sociale.

Un employeur n'a pas le droit de te priver de moyens pour accomplir ta mission et dans le même temps te conduire à rompre ta période d'essai, de fait... J'en ai marre !!!
geronimo26
 
Messages: 2
Inscription: 03 Mar 2016, 06:15

Re: risque de radiation après rupture période d'essai

Messagede Rosecelavi » 04 Mar 2016, 01:55

Merci pour la réputation geronimo26 :), ça fait plaisir.

Alors pour ce qui est de la démission, voici la règle :

http://www.pole-emploi.fr/candidat/la-r ... z?id=61349

Vous avez tout bon POUR LE MOMENT.

En effet, si vous reprenez un travail et que vous atteignez, avec la période de travail qui a été l'objet d'une démission, 91 jours ou 455 h, là, votre indemnisation pourra être remise en cause.

Concrètement, pour pouvoir percevoir votre indemnisation, il ne faut pas atteindre ces 91 jours ou 455 h, avant ou après la démission :

3. n’êtes pas en situation de chômage volontaire.

⇒ A compter du 1er octobre 2014, le départ volontaire de la dernière activité professionnelle est présumé légitime lorsque vous justifiez de moins de 91 jours ou de 455 heures de travail :

depuis la date de la dernière ouverture de droit;
ou depuis la dernière date à laquelle les allocations ont été refusées.


Vous avez donc intérêt à faire modifier votre fin de contrat si vous ne voulez pas vous retrouver à faire des calculs invraisemblables.

Cordialement,

Rosecelavi
Rosecelavi
 
Messages: 25353
Inscription: 29 Juin 2008, 08:45
Localisation: Lyon


Retourner vers Raconter votre histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron