PLIE 68

Refus d'une visite médicale, d'une action de formation, d'une action d'insertion, d'un contrat de professionnalisation, d'un contrat aidé, etc

Re: PLIE 68

Messagede icoico » 22 Déc 2016, 17:10

Petite actualisation avant les fêtes ;-)

Depuis :

1 : rendez-vous avec ma conseillère pôle emploi suite à mon courrier exprimant mes réticences au sujet du PLIE.
Ce rdv s'est "merveilleusement" bien passé. Une conseillère à l'écoute et pas du tout dans un état d'esprit "sanction", bien au contraire. Nous avons donc actualisé et étoffé mon PPAE selon ma volonté et sommes revenus sur les arguments développés dans mon courrier. Elle m'a rassuré et confirmé (avec un peu de mal je dois dire lol) que mon PPAE restait la "matrice". C'est donc un filet de sécurité pour moi par rapport à mon adhésion au PLIE. Même si cela n'a pas été clairement exprimé... Mais il y a bien une marge de manoeuvre...

2 : deuxième rendez-vous (19.12) avec ma future référente PLIE.
Essentiellement administratif, constitution du dossier d'admission, "épluchage" dans les détails de mon CV.
J'ai donc confirmé mon adhésion au dispositif non sans mise en garde sur "ce que je ne veux pas" et les actions que je me réserve le droit d'accepter ou non...
Soyons clairs, c'est vrai que j'ai perçu au cours de nos échanges, même s'ils étaient plutôt rassurants, comme un petit air en musique de fond, ce chant des sirènes que vous évoquiez, à savoir, celui de changer complètement de domaine professionnel et de coller à la réalité géographique. Et ohhh comme cela est arrangeant, j'ai eu plusieurs jobs alimentaires dans l'hôtellerie restauration de luxe, faute d'un vrai job. Ce qu'elle n'a pas manqué de relever lol. "Vous avez le sens du service " me dit-elle.... ;-)
J'ai bien fait comprendre que ça n'est pas ma priorité première et cela semble être entendu...
Je crains néanmoins de futures "manipulations" (lavage de cerveau) pour m'y faire parvenir... "Vous vous posez trop de question", "Lâchez prise" me dit-elle, lol.
J'adhère donc au PLIE mais je ne plierai pas, quant à lâcher prise, certainement pas lol.

Bref à suivre donc...

Bonnes fêtes à tous ! :-)
Dernière édition par icoico le 22 Déc 2016, 17:47, édité 2 fois.
icoico
 
Messages: 21
Inscription: 12 Oct 2016, 17:53

Re: PLIE 68

Messagede Rosecelavi » 22 Déc 2016, 17:34

Non, vous ne vous posez pas trop de questions, vous vous posez juste des questions et c'est aussi ce qui vous permet d'avancer en contournant les obstacles, même quand ils sont camouflés derrière un écran de fumée :)

Bonnes fêtes à vous aussi

Rosecelavi
Rosecelavi
 
Messages: 23337
Inscription: 29 Juin 2008, 08:45
Localisation: Lyon

Re: PLIE 68

Messagede icoico » 12 Jan 2017, 16:31

Bonjour,

J'ai décidé de revenir après chacun de mes rendez-vous, dans la mesure du possible, afin d'en rendre compte. Cela constituera un très bon moyen pour moi, d'archiver ce parcours "PLIE" et de constituer une sorte de petit journal à la fois pour moi et pour qui voudra se renseigner ici et avoir une vision globale.

Donc j'en suis à mon 3ème rendez-vous, le rythme de croisière semblant s'installer est 1 rendez-vous par mois, le prochain étant début février. C'est ce qui avait été annoncé à l'entrée dans le dispositif si je me souviens bien.

La première partie de ce 3ème rendez-vous reste "administrative", nous entrons dans une nouvelle "session FSE 2017" il faut donc réitérer et actualiser mon entrée dans le dispositif.
On me demande ensuite quels sont mes souhaits professionnels, ce que je veux, mes velléités, mon idéal. Bref, ma réponse colle à mon PPAE, retour à l'emploi dans ma branche...
On passe quand même encore une dizaine de minutes à chercher des annonces sur Pôle emploi de la manière que lors d'un rdv Pôle emploi. Je n'ai pas très bien compris et j'ai dit au cours de la conversation que je n'avais pas besoin d'une assistante pour chercher les annonces sur le site de PE, que je le faisais très bien moi-même et que j'avais une bonne connaissance, actualisée, du type d'annonces qui circulent, en adéquation de près ou de loin avec mon profil.
Sous entendu qu'est ce que m'apporte de plus ce dispositif, je ne suis pas là pour ça, et elle (ma référente plie) non plus. Ce qui à été acquiescé.

Tout ça pour déboucher une fois de plus sur le même constat :
"C'est difficile dans votre branche (culture-arts) il y a très peu d'annonces et encore moins dans le bassin géographique proche".
Moi de répondre une fois de plus : " Nous sommes bien d'accord sur le constat, c'est bien ce qui explique, pour une grande part, pourquoi je suis au chômage depuis un long moment".
Elle : " Et la mobilité monsieur x ?"
Moi : "Si j'étais parisien madame, je l'affirme, cela ferait bien longtemps que je ne serais plus au chômage"
Elle : "Et donc ?"
Moi : "Madame je suis chômeur, j'ai néanmoins maintenant un toît ici (après une transition difficile chez les uns et les autres), une vie sociale ici, etc. Il me paraît impossible matériellement de quitter la région pour Paris, comment pourrais-je supporter financièrement la transition avec un travail rémunéré un peu au-dessus du smic et un loyer (parisien) à assurer immédiatement ?!" Je garde bien-sûr un oeil sur "l'offre parisienne" mais bon... J'ai déjà postulé à des offres "parisiennes" j'ai même passé des entretiens, qui malheureusement non pas été concluants mais ça c'était avant, quand je n'avais pas encore de "chez moi" fixe, c'était plus envisageable ..."

Ceci à été entendu.

Elle de conclure : " Pourquoi ne pas créer votre propre activité Monsieur x ? Vous êtes au chômage depuis tant d'années, vous êtes responsable (de ce qui vous arrive) vous vous cachez derrière le fait qu'il n'y a pas ou peu d'offres !
Moi : " Vous plaisantez ?! Je prends ma part de responsabilité bien-sûr mais vous ne pouvez pas dire ça, c'est trop facile à dire !"
Elle : "Ne vous énervez pas monsieur x, oui vous vous planquez derrière cette situation, la société à moment donné vous demande des comptes "
Elle : " ... monsieur x vous connaissez le "48" , faites le point et allez y faire un tour, discutez, renseignez-vous, il y a des permanences... D'ici là on se revoit en février. ( le 48 est un pôle regroupant des organismes d'aides à la création d'entreprises).

Moi : "Je veux bien entendre qu'effectivement nous érigeons nos propres murs mais vous ne pouvez pas me dire ça, c'est trop simpliste et beaucoup trop facile pour vous, je ne me planque derrière rien du tout. Vous ne pouvez pas dire que je ne travaille pas parce que je n'en ai pas envie, je déborde d'énergie, je suis de nature combative, je ne me complait pas dans ma situation actuelle, j'ai envie de travailler, j'ai des compétences et une expérience professionnelle passée riche d'enseignement et j'enrage de ne pouvoir l'exploiter. Créer sa propre entreprise, ah ça évidemment c'est simple à dire et hop on s'en lave les mains, vous n'avez pas essayer donc vous êtes responsable (coupable), mais dans ce cas là alors, pourquoi ne pas supprimer tout simplement les filières d'enseignement pour lesquels il est très difficile de décrocher un job ?! Alors bien-sûr que dans l'absolu ça pourrait être une piste, à défaut de trouver un emploi, créer mon propre emploi mais c'est tellement facile comme réponse..."
Elle : "je suis désolée le prochain rendez-vous est là..."

Voilà je n'ai pas pû développer mes arguments et ma réponse parce que l'heure de rendez-vous arrivait à son terme. J'ai néanmoins prévu de m'octroyer un droit de réponse pour débuter la prochaine rencontre dans un mois lol.

Je n'ai pas l'intention de ma laisser dire que:
-Je ne travaille pas parce que je n'en ai pas vraiment envie.
-Je me planque derrière la rareté des offres dans mon domaine et ma région.
-Je suis seul responsable de cette situation et je ne fais rien pour m'en dégager (sous entendu je n'ai même pas chercher à générer ma propre activité.
- sous entendu (mais pas énoncé) je profite du système, la société me demande des comptes...

Autant dire que ce rendez-vous même s'il est resté cordial bien-sûr à plutôt été "hard" pour moi, après c'est peu être une technique de "manipulation mentale" genre "électrochocs". Mais bon on sait bien que c'est un peu le discours ambiant, une rhétorique dans l'air du temps et notamment ici en Alsace ( pour mémoire : la volonté du conseil régional, débouté, d'obliger les bénéficiaires du RSA à travailler). D'autant plus avec les présidentielles qui se profilent, tout cela me semble bien nauséabond.

Je suis toujours preneur d'arguments pour apporter de l'eau à mon moulin et enrichir mon droit de réponse lors de mon prochain RDV. ;-)

Bonne journée à tous ! :-)
Dernière édition par icoico le 12 Jan 2017, 19:38, édité 1 fois.
icoico
 
Messages: 21
Inscription: 12 Oct 2016, 17:53

Re: PLIE 68

Messagede Rosecelavi » 12 Jan 2017, 17:54

Bonjour icoico,

Votre conseillère peut se sentir un peu inutile si vous ne lui laissez pas faire ce qu'elle sait faire, par exemple chercher des offres sur le site de Pôle Emploi, même si vous savez aussi bien le faire qu'elle. Elle doit justifier son activité et faire une recherche d'offres d'emploi est une activité qu'elle peut justifier.

Je pense qu'il faut que vous fassiez attention à ne pas vous concentrer sur la rhétorique pour justifier le fait que vous ne trouvez pas d'emploi. C'est ce qui peut donner l'impression à votre interlocuteur que vous travaillez plus à lui démontrer qu'il n'y a pas d'emploi dans votre secteur (et vous n'y pouvez rien), plutôt que de démontrer que vous faites des démarches pour en trouver un.

Vous êtes tous les deux dans un jeu de dupes, même si vous en avez plus conscience qu'elle.

Concernant la création d'entreprise, ou micro entreprise, c'est un choix qui vous appartient, si la liberté d'entreprendre est une valeur constitutionnelle, l'obligation d'entreprendre n'en est pas une. Plus clairement : on ne peut pas vous empêcher de créer une entreprise, mais on ne peut pas vous obliger à en créer une.

De la même manière que pour les offres d'emploi, je pense qu'il faut agir avec plus de souplesse, de pédagogie (pour être bienveillant à l'égard de ce conseiller qui est tout aussi coincé que vous l'êtes dans ces contradictions, ces paradoxes). Je ne sais pas si la profession que vous exercez peut se faire dans le cadre associatif, mais, si c'est le cas, pourquoi pas étudier les possibilités ?

En tout état de cause, je pense qu'il faut que vous cherchiez et apportiez des recherches de façon à ne plus être dans la rhétorique mais dans le concret, même si vous savez pertinemment que les réponses à vos candidatures seront négatives, mais qui sait ?

Avez-vous postulez auprès du CNED ? ou d'autres organismes qui font de l'enseignement à distance ?

Cordialement,

Rosecelavi
Rosecelavi
 
Messages: 23337
Inscription: 29 Juin 2008, 08:45
Localisation: Lyon

Re: PLIE 68

Messagede icoico » 12 Jan 2017, 19:37

Oui je comprends bien ce que vous dites. Il est clair que je ne vais pas perdre mon énergie dans la rhétorique néanmoins je trouve que les propos tenus à mon égard sont quand même assez violents et injustes, et méritent un droit de réponse même bref en apparté. Il y presque 6 millions de chômeurs en France, j'ai bien dit chômeurs, pas fainéants ou pire profiteurs ! D'autant plus que lors de ces 3 premiers rendez-vous je n'ai cessé d'être "déprécié", quelquefois à bon escient et dans une démarche constructive sur des éléments constituant une faiblesse effective, ce que j'accepte, mais cette fois, m'entendre dire :
-Je ne travaille pas parce que je n'en ai pas vraiment envie.
-Je me planque derrière la rareté des offres dans mon domaine et ma région.
-Je suis seul responsable de cette situation et je ne fais rien pour m'en dégager (sous entendu je n'ai même pas chercher à générer ma propre activité).

Je ne vois pas ce que cela à de bon ni pour elle ni pour moi.
Je ne crois pas que cela soit une démarche constructive pour mon retour à l'emploi dans le cadre de ce dispositif, sinon à constituer un éventuel "électrochoc" mental. En dehors de m'affaiblir et de me faire perdre confiance pour me rendre plus "malléable" je ne sais pas, pour le moment je ne vois pas ou peu, vers où nous allons. Bref c'est très flou. Mais je suis quelqu'un de patient. Donc wait and see.

Cordialement.
Dernière édition par Rosecelavi le 13 Jan 2017, 13:10, édité 1 fois.
Raison: Merci de lire le message ci-après : https://www.recours-radiation.fr/observatoire_pole_emploi/viewtopic.php?f=0&t=11082, nous vous répondrons lundi :) Cordialement, Rosecelavi
icoico
 
Messages: 21
Inscription: 12 Oct 2016, 17:53

Re: PLIE 68

Messagede Rosecelavi » 16 Jan 2017, 12:37

Bonjour icoico,

Tout ce que vous dites est vrai. Je voulais juste vous proposer d'avoir un autre regard, pour que vous ne vous retrouviez pas dans une confrontation stérile avec votre conseiller qui pourrait conduire à un manque de confiance réciproque et que vous trouviez d'autres moyens pour tenter de lui faire comprendre que les solutions qui vous sont proposées ne correspondent pas à ce que vous attendez.

Comme vous avez du savoir argumenter sur le fait qu'il était inenvisageable pour vous de déménager à Paris après avoir réfléchi longuement à cela, vous pouvez tout aussi bien démontrer que vous avez entendu la proposition de création d'entreprise et que vous avez aussi longuement réfléchi à cette possibilité. Si vous n'avez pas un revenu assuré, qui corresponde à un revenu supérieur à ce que vous percevez maintenant, ne serait-ce parce qu'il faudra que vous preniez ne charge votre protection sociale et que vous continuiez à vivre, à assurer le paiement de vos loyers et autres charges, or, sans avoir une clientèle assurée, tant que vous n'avez pas un réseau prometteur pour vendre... ce serait déraisonnable de créer votre entreprise. Vous pourriez faire une petite enquête auprès de la CCI ou d'autres organismes qui pourront vous communiquer des études à ce sujet et aussi sur le nombre d'entreprises qui mettent enla clé sous la porte chaque année, sur la moyenne de vie des entreprises qui se créent... etc (voir aussi l'URSSAF). Il faut que votre conseillère comprenne que vous ne voulez pas d'une solution qui vous déstabilise, vous fragilise socialement et qu'il ne s'agit pas de rester figer, de refuser toute proposition, mais que vous ne pouvez accepter des propositions qui vous mettraient dans une situation de précarité encore plus grande avec risque de perdre y compris le peu que vous avez actuellement : un toit, et de quoi subvenir à vos besoins élémentaires.

Bref, votre principe de réalité n'est pas forcément le même selon la situation qu'on vit.

Essayez aussi de voir si vous pourriez avoir, vous des questions à lui poser, ou propositions à lui faire, ou encore formuler les besoins que vous pourriez avoir : complément de formation par exemple, cela donnerait, peut-être, une autre tournure à vos entretiens.

Cordialement,

Rosecelavi
Rosecelavi
 
Messages: 23337
Inscription: 29 Juin 2008, 08:45
Localisation: Lyon

Re: PLIE 68

Messagede icoico » 16 Jan 2017, 19:24

Bonjour,

Nous sommes, une fois de plus, bien sur la même longueur d'onde et cela me "réconforte".
Vous posez mieux que moi sur le "papier" le processus de réflexion dans lequel je suis actuellement. :-)
Les arguments quant à la possibilité de création d'entreprise sont bien ceux qui me sont venus à l'esprit (mais après coup-rendez-vous).
D'autant plus que noyé sous le flot de ses paroles/accusations, j'avais complètement oublié que j'avais déjà été dans cette démarche là il y a quelques années ( c'était alors une piste envisagée par Pôle emploi comme quoi les années passent et les propositions non lol). Cette démarche avait débouché justement sur une formation complémentaire (un diplôme d'administrateur de projets culturels obtenu) même s'il n'y a pas eu création d'entreprise ensuite, justement pour les arguments que vous posez.
Sur le manque de confiance réciproque. Cela me pose problème de débuter un parcours sur SON et CE postulat. Mais je compte crever cet abcès franchement, au prochain rendez-vous, afin de ne pas stagner dans une sorte d'affrontement stérile et de passer rapidement à autre chose. Ceci dit, je suis toujours resté ouvert et conciliant à chacune de nos entrevues avec elle mais j'ai l'impression qu'elle considère cela comme une faiblesse dans laquelle s'engouffrer pour mieux "frapper", c'est un sentiment étrange. Avec le peu de recul que j'ai, je crois qu'effectivement elle "attaque" à chaque hésitation de ma part, du coup je ne sais pas si je dois être plus ferme (elle n'arrête pas de me dire : "je ne vous juge pas monsieur X" mais elle ne fait que ça).
Quoi qu'il en soit, j'ai déjà, comme vous le soumettez, des propositions à lui faire, des axes de réflexions sur lesquels nous pourrions avancer...

Merci encore du temps que vous accordez ici !
Cordialement.
icoico
 
Messages: 21
Inscription: 12 Oct 2016, 17:53

Re: PLIE 68

Messagede icoico » 20 Fév 2017, 17:14

Petit retour sur mon dernier RDV PLIE pour tenir à jour le journal ;-)

En 5 mn, comme je l'écrivais, j'ai donc crever l'abcès. Il en ressort que tout cela n'était qu'un malentendu de ma part, mais bien-sûr lol.
Rétropédalage et mise au point de sa part (référent PLIE). "Vous extrapolez Monsieur x, comprenez bien que si je pensais cela je ne ferais pas ce travail.
Je n'ai jamais dit cela." Bref...
Nous enchainons donc et continuons comme la fois dernière sur l'opportunité de créer ma propre activité : micro entreprise, auto-entreprenariat.
Quoi ? A qui ? Combien ? ...

L'auto entreprenariat la solution miracle... Et dans deux ans si ça ne marche pas, re bonjour pôle emploi et RSA.... Combien s'y sont engouffrés et combien se sont pris le mur ?! Mais bon, qui ne tente rien, n'a rien certes. Je suis d'accord mais je trouve ça un peu "facile" comme réponse à mon chômage. Cela se saurait si c'était la solution, si cela était aussi simple il n'y aurait plus de chômeurs depuis longtemps me semble-t'il.
Les filets de sécurité existent et sont plutôt intéressants pour s'y lancer alors va, vole ;-)

Voilà donc le parcours qui se dessine pour moi, dans le cadre de l'accompagnement PLIE. Je suis d'ores et déjà orienté vers les structures d'accompagnement de projets et de création d'entreprise, existantes dans ma ville.

A suivre...

Bonne journée à tous ;-)
icoico
 
Messages: 21
Inscription: 12 Oct 2016, 17:53

Re: PLIE 68

Messagede Rosecelavi » 20 Fév 2017, 21:51

Bonjour icoico,

Je vois que l'idée fixe de la création d'entreprise revient en force. Mais, dans votre activité professionnelle, ce ne sont pas plutôt des associations culturelles qui recruteraient votre type de profil ? On vous propose de créer une entreprise pour avoir quelles activités, pour exercer quel métier, vendre quels produits, on s'en fout peut-être lol ?

Cordialement,

Rosecelavi
Rosecelavi
 
Messages: 23337
Inscription: 29 Juin 2008, 08:45
Localisation: Lyon

Re: PLIE 68

Messagede icoico » 21 Fév 2017, 15:49

Bonjour,

Eh oui que peuvent-ils bien me proposer d'autre, même dans le cadre du PLIE ?!
Puisque le constat de départ est que je ne trouve pas de job à cause d'un profil dit "atypique" culture/arts, conjugué à une offre rare sur le marché, de qui plus est, dans mon bassin géographique...
Je suis tout aussi coincé qu'ils (pôle emploi/PLIE) ne le sont ! A moins d'une reconversion à 180° de ma part mais ça n'est pas mon PPAE.
Le but est donc de créer ma propre activité : proposer des ateliers de pratique et de sensibilisation artistique, des ateliers multimédia créatifs, des ateliers d'art-thérapie peinture à des structures privées ou publiques : entreprises, hôpitaux, prisons, ehpad, ime pour les handicapés... Voilà mon idée de base. Le paradis étant pour moi de disposer d'un local mais ça on oublie pour l'instant ;-)

Cordialement.
icoico
 
Messages: 21
Inscription: 12 Oct 2016, 17:53

PrécédenteSuivante

Retourner vers Radiation pour tout autre motif ou désinscription

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron