Conseillère insertion professionnelle -demande témoignages

Mettre des mots sur une situation, témoigner...

Conseillère insertion professionnelle -demande témoignages

Messagede Acantha » 15 Déc 2017, 13:25

Je porte à votre connaissance une histoire professionnelle qui est sans doute banale mais qui je l’espère vous interpellera en ce qui concerne l’accompagnement et l'insertion professionnelle. Autodidacte à mes débuts j’ai su évoluer dans différents secteurs et différentes fonctions au sein de grands groupes, PME, TPE, tout en menant des actions bénévoles car sensibilisée aux problématiques de l’éducation, la formation et l’insertion professionnelle. J’ai œuvré pour me former en finançant mes études -RH/psychologie du travail/gestion tant bien que mal pour intégrer un poste pluridisciplinaire et intéressant. Après la crise économique je me suis de nouveau réorientée pour mieux rebondir. Passionnée par l'insertion professionnelle, je suis persuadée que les missions d’accompagnement sont réussies dès lors qu’elles s’inscrivent dans des actions cohérentes et pérennes ; en actionnant des leviers différents selon les problématiques rencontrées. Bénévole aussi en 20 ans j’ai développé des méthodes efficaces pour conseiller des personnes qui ont pu rebondir -emploi/formation/création d’entreprise. Ce métier n’est en rien simple pour autant j’ai toujours été optimiste à trouver des solutions, aider les personnes à devenir acteur de leur devenir. En 2015 j’ai intégré les marchés PE -actv'projet, ACTIV’EMPLOI, LCR, et LES ATELIERS. Embauchée pour mes compétences organisationnelles -outils pédagogiques, procédures etc, j’ai eu plaisir à travailler sans compter mes heures en suivant mes principes : apporter un travail de qualité et sérieux. Je n’ai pas bénéficié de formation et du reste je m’adaptais très bien avec la lecture des cahiers des charges. Dès mon arrivée j’ai alerté ma direction sur les possibles dysfonctionnements en raison de la monté en charge prévue du travail. Nos prescriptions allaient au-delà du volume défini et je me retrouvais avec un collègue n’ayant aucunement le même investissement. La direction de l’association a couvert ce salarié et défendu bec et ongle malgré un comportement inacceptable -falsification des signatures, RDV déguisés, gaspillage et vol de consommables. Il m’a été fait comprendre "de rentrer dans le moule" sous entendu le but étant de placer les personnes sans visée pérenne. Pour résumer alors que tout allait bien (j’étais félicitée régulièrement) bizarrement récemment ma situation s’est dégradée -menace déguisée, pression, mise au placard alors que j'avais formé tous les nouveaux salariés. J’ai été naïve et ai réalisé qu’en réalité il s’agit d’un système pervers : un Demandeur d'emploi accompagné à la va-vite est un DE qui reviendra ce que ne faisais pas. En effet je prenais du temps pour accompagner et conseiller et malgré les réussites -CDI ou formation, cela m'a quasi été reproché. Alors que j’aime profondément mon métier j’ai été acculée dans une situation que je n’imaginais pas rencontrer ; ce qui m’a menée vers une dépression. Car dans les territoires ruraux les connivences des uns et des autres amènent à un isolement total ; l’inspection du travail a été ahuri de ma situation sans pouvoir m’aider car eux-même en sous-effectif. Ma situation n’est pas résolue ; mon employeur m'a menacée de faire en sorte que je ne puisse plus travailler sur le territoire si je tentais d’alerter la direction de Pole emploi ou d'autres personnes -en effet j’avais demandé une réunion tri-partite face aux accusations sans fondement dont ma direction m’avait fait part en bafouant totalement en passant le formalisme d'un entretien annuel d’évaluation. Mon histoire n’est pas isolée mais il y a une OMERTA. J'ai découvert un monde de façade. Il semblerait que ce type d’association pullule. L'accompagnement c'est plutôt de faire vite, presser les demandeurs d'emploi et/ou faire du chiffre tant pis pour les gens. Cela n'était pas explicite mais je devenais gênante et tous les moyens ont été mis en œuvre pour discréditer mon travail et me pousser à la démission de façon habile, m'isoler, faire fit de mes remarques etc. Comment résoudre la problématique du chômage lorsque l’Europe finance ce type d’association qui dilapide aussi l’argent public ? Il y a beaucoup de copinage dans mon département et beaucoup de pratiques inconcevables. Ce n’est pas tant ma situation qui est préoccupante ; l’avenir de demain se conjugue avec les pratiques professionnelles d’aujourd’hui et je souhaiterai que ce sujet fasse débat et puisse être un axe de réflexion pour l’avenir. Je n'ai trouvé aucune aide extérieure ni témoignage alors que beaucoup reconnaissent la perversion de ce système. Accompagner, orienter et impulser des énergies créatrices le sont par des actions humaines de bon sens ; il faut que les choses changent même s'il s'agit d'une utopie.
Dernière édition par Acantha le 19 Déc 2017, 00:15, édité 1 fois.
Acantha
 
Messages: 1
Inscription: 14 Déc 2017, 02:30

Re: Conseillère en insertion professionnelle -témoignage

Messagede Rosecelavi » 18 Déc 2017, 13:41

Bonjour Acantha,

Votre message est courageux, votre témoignage est poignant. Il me fait écho, je reconnais dans votre histoire, dans les étapes que vous avez vécues, dans votre engagement, votre déterminisme à continuer à accompagner, dans le respect des personnes et de leurs choix, coûte que coûte, malgré un environnement qui se dégrade et qui fait perdre le sens du travail, qui détruit la relation de confiance avec toutes et tous, je me reconnais.

Il y a effectivement la façade, ce qu'on donne à voir, la vitrine, et derrière, il y a les arrangements de tous ordres qui permettent d'afficher les chiffres de répondre aux injonctions paradoxales et aux objectifs insoutenables. Il y a un cadre fixé qui rend fou même les plus sains d'esprit. Comment peut-on faire un travail cohérent, professionnel, dans le cadre d'Activ'Emploi ? Ce que vous faisiez, votre professionnalisme, votre empathie, vos objectifs personnels : apporter une solution d'insertion professionnelle qui prenne en compte les désirs de chacune et chacun, de toutes et tous, personne ne vous le demandait, tout cela ne correspondait pas aux cahiers des charges. Dans ce cadre là, vous êtes celle qui pousse les murs du cadre, celle qui fait tomber le cadre pour le rendre vivable, humain, respectable, vous qui dérangez la bonne conscience de ceux qui évoquent des règles, même quand elles sont incohérentes, inhumaines, intenables et s'appuient sur elles pour mieux se dédouaner de leurs propres responsabilités.

Beaucoup de personnes se protègent du mieux qu'elles peuvent : certaines évitent de se poser des questions et font ce qu'on leur demande, d'autres sont dans le déni le plus total, ou vont jusqu'à tricher pour répondre artificiellement aux injonctions et aux objectifs intenables, d'autres encore, usées par ce système, font les funambules pour tenter de trouver un équilibre dans ces dispositifs qui vous déresponsabilisent et "vous couvrent" à partir du moment où vous accepter le cadre et ses arrangements pas très honnêtes mais vitaux pour la structure, les rouages du/des systèmes.

Vous n'avez pas fait ces choix là, vous vous êtes battue, parfois seule contre toutes et tous. Cela n'est pas sans conséquences.

J'imagine par où vous êtes passée, surtout dans le contexte géographique que vous situez. Je sais le prix que l'on vous a fait payer.

Non, vous n'êtes pas la seule à vivre cela. Malheureusement, peu de personnes témoignent, parlent. Cassées, brisées, elles recollent les morceaux comme elles peuvent, se reconstruisent, réparent les dégâts causés par ces déflagrations, certaines arrivent à se battre, en général dans des collectifs où elles trouvent des affinités, d'autres tournent la page...

Vous savez maintenant que vous avez au moins une personne, sur ce forum (dont je suis administratrice), qui a vécu ce que vous décrivez, c'était à Lyon, je travaillais au PLIE de Lyon, "mise à disposition" (apprécier le terme) par l'ANPE puis par Pôle Emploi. Mon engagement militant je l'ai mis en parenthèse pour me concentrer à un travail qui m'accaparait, je n'étais pas la seule et je travaillais avec certaines personnes qui avaient une conscience professionnelle à toute épreuve. J'ai été déplacée dans une coquille vide (une plateforme pour l'emploi de la ville de Lyon) dirigée par des imposteurs choisis parce qu'ils étaient les amis d'amis, grassement payés. Ils haïssaient le service public et ne cessaient de le dénigrer, en rêvant tout haut à sa disparition. Ils œuvraient pour cela dans des think tank. Ces machins qui se développent et qui sous couvert d'analyses, de réflexions, "confisquent la démocratie" selon Olivier Vilain,Journaliste :
https://www.franceculture.fr/emissions/ ... hink-tanks

J'ai été utilisée, manipulée, et brisée. Il m'a fallu du temps pour remonter à la surface et pour ne pas devenir folle, j'ai été aidée pour cela, par une psychiatre, mais aussi par mes ami.es.s., par ma famille, mes amours, par mes convictions, mes espoirs et mes rêves d'une société meilleure et plus juste, le tout rivé au corps et au cœur.

Merci pour le vôtre, il m'a permis de m'ouvrir à vous, comme vous l'avez fait, vous-même. J'espère que nos témoignages en appelleront d'autres.

Je vous embrasse Acantha.

Amicalement,

Rose-Marie
Rosecelavi
 
Messages: 25353
Inscription: 29 Juin 2008, 08:45
Localisation: Lyon


Retourner vers Raconter votre histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité

cron