l'instruction de fin ou de non droits: ASS ou RSA?

Mettre des mots sur une situation, témoigner...

l'instruction de fin ou de non droits: ASS ou RSA?

Messagede parisienne » 14 Mai 2013, 12:48

Bonjour,

Sans emploi depuis plus d'un an, je perçois l'ASS versée par Pôle emploi.

Toutefois, il faut savoir que travailler en CDD alors qu'on perçoit cette allocation peut être source de profondes déconvenues et frustrations si, à nouveau sans emploi et en fin de droits, on se voit excluE de l'ASS sur la base d'une application cynique et même d'une non-application des lois en vigueur qui sont les mêmes sur tout le territoire français, faut-il le rappeler aux agences locales?

Mon témoignage: le récit d'un événement ordinaire, d'un non-événement au regard de la société globale...

Ce revenu de fin de droits, de même montant que le RSA, est dit "allocation spécifique de solidarité". Il a de spécifique qu'il est socialement plus juste que le RSA. Le gouvernement précédent a tenté de niveler par le bas (c'est à dire au niveau du "Revenu Sans Avenir" proposé alors aux parlementaires par ce même exécutif légalement élu...), sans parvenir toutefois à supprimer cette allocation.

Sont en effet pris en compte les trimestres de retraite au titre de l'ASS, et, en tant que droit issu du travail, elle n'est pas incompatible avec d'autres indemnités comme,par exemple, les incapacités liées au travail...

Sans parler des contrôles moindres de la vie privée par rapport à la CAF et donc, de fait, une sécurisation, certes limitée mais néanmoins un peu meilleure que le RSA, des salariés les plus fragiles en contrats courts (saisonniers, intérimaires, intermittents, précaires, pigistes...). Pour ces simples raisons, le RSA constitue un recul des droits du travail.

On comprend que les seniorEs dont je fais partie sont très attentifs au respect de ces règles d'instruction des fins de droit à l'ARE. Leur non-respect constitue un motif supplémentaire de contestation par un chômeur devenu malgré lui procédurier, agressif, énervé, rancunier, dangereux... bref un mauvais pauvre. Suicides sur le lieu de travail, harcèlement, management formaté des salariés y compris les cadres, demandeurs d'emploi poussés au désespoir s'immolant à l'entrée des agences pour l'emploi...

Différents "faits divers" rapportés à la une des médias, sur fond de licenciements collectifs, de désastres économiques et humains et donc autant de désordres publics de mauvais aloi comparativement aux dérives actuelles au niveau des plus hautes instances de l'Etat.

Un contraste s'établit, un décalage d'échelle qui révèle le gouffre entre la classe capitaliste dominante et le reste des populations menaçant ainsi de déséquilibrer la pyramide des revenus...

Le moment est-il venu de gagner les batailles pour un autre monde tout à fait possible, le "kairos" ce moment-clé?
parisienne
 
Messages: 3
Inscription: 14 Mai 2013, 12:32

Retourner vers Raconter votre histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron