Page 1 sur 1

Un sans voix qui ne veut plus se taire...!

MessagePosté: 29 Juin 2018, 08:31
de Un sans voix
Un sans voix qui ne veut plus se taire...!

C'est au nom des sans voix, des sans travail, des sans toit, des sans espoir, des sans dents,
des travailleurs précaires, des handicapés, des retraités précaires, d'un peuple qu'on laisse sur le bord de la route que je m'adresse à vous par cette lettre.

En ce qui me concerne, je n'ai plus rien à prouver de moi même, seulement être humain et toujours aller de l'avant.
Le chômage est un fléau de plus de 40 ans,c'est tous ensemble qu'on pourra trouver des solutions, changer de système économique, sociale, écologique et démocratique.

Je me présente, Michel, 52 ans, 25 ans d'expériences professionnelles dans le commerce et la logistique. Privé d'emploi depuis mai 2008, victime de la crise, crise financière créée par l'homme, victime de l'âge, victime de la stigmatisation des chômeurs, victimes de critères qui bloquent l'embauche, victime d'un système qui faut changer , victime de la politique du pays qui depuis plus de 40 ans n'évolue pas dans le bon sens pour un meilleur partage du travail, des richesses, etc.....

En juin 2010 j'ai effectué un tour de France à vélo avec une remorque, sans sponsor et sans aucunes aides financières et avec comme unique revenu 500 euros par mois. Un tour de France pour retrouver un emploi en y déposant près de 2000 CV dans 35 villes de France, ayant traversé 22 départements,ayant effectué 3000 kilomètres par tous les temps et par tout type de routes et reliefs.

Malgré être privé d'emploi, j'étais bénévole dans deux associations, la Croix Rouge Française au samu social et au Secours Populaire Français au camion de rue auprès des sans abris.
En 9 ans de chômage, j'ai envoyé sous différentes formes des candidatures (écrites, par internet et spontanées) j'ai fait un total de 7500 candidatures et 1% de réponses négatives ,0,1% d'entretiens et le plus souvent aucunes réponses.

Convoqué à Pôle emploi une fois par an, voir une fois en deux ans, sans oublier des dizaines de changement de conseillers.
J'ai fait plusieurs prestations en passant par Pôle Emploi, mais suite à ces prestations aucun suivi.
Suivi par un coach pendant deux mois, plusieurs simulations avec de bons résultats auprès de différentes entreprises, sans aucuns succès d'une embauche.
J'ai demandé plusieurs formations allant du simple renouvellement de CACES ( permis de conduite chariots élévateurs), formation de peintre décorateur, éducateur, formateur, etc demandes de formation refusées par manque de financement, ou refusées car hors région .

Pour la formation professionnelle pas assez de moyens logistiques et financiers pour les demandeurs d'emplois.
Pas assez de forum pour l'emploi dans les différents secteurs professionnels et pour les privés d'emploi de toutes catégories.
Un salarié a droit à une visite médicale avant embauche et pendant sa période de salarié, que fait on pour les demandeurs d'emploi au niveau médicale ? Que fait on pour l'aide à la mobilité ?

Mon combat continu, je ne suis pas résigné, je vis, je survis car à ce jour, hébergé, je suis un sans abris en sursis, ayant perdu vie de couple, perdu des amis et plus de contact familial . Mon combat continu car pour moi 2017, c'est vital je dois trouver une sortie de ce tunnel de la précarité, du chômage, de l'indifférence.
Mais aussi dénoncé les difficultés rencontrées par les séniors privés d'emploi.
Je suis conscient que des milliers de personnes sont dans la précarité, ou la crainte d'y être, mais si on reste résigné, sans rien faire, sans espérer, sans croire à une amélioration, sans se fixer un but, alors ce sera un échec total, une descente aux enfers et parfois cela peut aboutir à la mort.
Ne pas oublier:
Depuis mon dernier licenciement en 2008, je garde espoir et la force par ma combativité, mes initiatives et mes différentes demandes pour trouver une solution comme des millions de français privés d'emplois, de tout âge, de tout niveau d'études, de toutes situations géographiques, sociales, d'origines ou de couleur de peau.

J' oublies pas non plus les salariés qui dés le 15 du mois, ont des difficultés financières pour finir leur mois et subvenir à leurs besoins et ceux de leur famille.
Quand j'ai fait mon premier tour de France, j'ai vu des hommes ou femmes et parfois des enfants dormir dans leur voiture, dans un camping ou le long d'un fleuve dans des toiles de tentes.
Ne pas fermer les yeux:
J'ai vu quand j'étais bénévole à la Croix Rouge Française ou au Secours Populaire Français des jeunes, des retraités, des femmes avec enfants dans la rue et tristement j'ai connu des personnes qui la rue les a tués sous les yeux de chacun d'entre nous, sous l'indifférence et l'individualisme de chacun.
Le chômage tue,la rue tue, sachez le, personne de nos jours est en sécurité et cela à n'importe quel âge, le chômage vous détruit à petit feu physiquement, moralement et socialement.
Perdre mais se battre toujours:
J'ai perdu ma vie d'homme, de père, de mari, j'ai perdu ma famille, mes amis que je croyais vrais à l'époque mais je suis sûr, je n'ai pas perdu ma dignité, ma liberté, ma combativité et surtout mon coeur bat encore pour apporter l'amour, l'écoute le partage.
Vivre, survivre, ou mourir, mais je combattrai jusqu'au bout dans l'espoir de voir la lumière au bout du tunnel.
Dénoncer:
C'est pour dénoncer aussi le manque de partage dans le monde du travail, des difficultés des séniors à retrouver un emploi.
Un système qui ne fonctionne pas ou plus, une stigmatisation ou un mépris des chômeurs, on ai pas chômeur de gaieté de cœur... !
On veut tout simplement vivre, survivre peut être, mais pas se laisser descendre sans rien faire dans le gouffre de la précarité, et je m'aperçois de plus en plus des menaces sur nos libertés, sur notre démocratie, sur notre environnement.
Je suis du peuple de France qu'on laisse sur le bord, de la route. Je suis des sans voix, des sans emploi, des sans logement, des sans dents, des sans papiers …!
Le plus facile, je l'ai déjà fait, le plus difficile je suis entrain de le faire et l'impossible prendra du temps, mais je réussirai … !
Je n'appartiens à aucun parti politique, aucun syndicat, aucune croyance religieuse, je suis tout simplement un humain parmi tant d'autres.

Ce projet de reprendre la route, c'est aussi pour dénoncer les mesures prises ou éventuellement des mesures envisagées par un gouvernement qui sont entrain de creuser les inégalités entre les plus précaires et les plus riches, entrain de mettre en place une CASSE SOCIALE sans précédent.
Casse social par de futures suppressions d'aides sociales, en ce qui me concerne comme plus de 400 000 privés d'emplois, le gouvernement envisagerait la suppression de l'ASS l'Allocation Spécifique de Solidarité, allocation destinée aux chômeurs de longue durée et en fin droit. Une allocation pour vivre, survivre avec 16,48 euros par jour soit 494 à 500 euros par mois.
D'après ce même gouvernement, une baisse du nombre de chômeurs de 1%, une des raisons de supprimer d'ici 2019, 4000 à 7000 conseillers^de Pôle Emploi et selon le directeur général de Pôle Emploi Jean Bassères, cette suppression est normale par la baisse du chômage et des nouvelles technologies numériques pour l'accompagnement du chômeur. Comme ci la technologie pouvait remplacer la relation humaine. De toute façon arrêtons déjà de diviser les classes sociales entre elles, arrêtons de vouloir faire de la stigmatisation du chômeur, du pauvre, du travailleur précaire, du travailleur, du fonctionnaire, du retraité, du sans abri etc....la liste est devenue tristement longue.
A ce jour plus de 3,5 millions de chômeurs, sans oubliés les travailleurs précaires, les étudiants et les retraités et plus de 9 millions d'hommes, femmes et enfants sous le seuil de pauvreté.
Dans ce présent et années futures, il n'y aura pas du travail pour tous, le fait du remplacement du travail de l'homme par les machines robotisées ou informatisées. Pourquoi ne pas taxer ces nouvelles technologies qui remplacent le travail de l'homme, cela pourrait une partie financer les futures retraites, mais aussi créer un revenu de base universelle pour tous.
On demande au peuple de travailler plus et plus longtemps et de l'autre coté de la barrière des jeunes diplômés ou pas recherche un emploi pour enfin faire leur vie d'adultes et de créer une famille et ne plus dépendre de leurs parents.
Changer le monde avec des pouvoirs je pourrais, mais là c'est impossible et ce n'est pas mon but, mon but c'est de dire que si je peux changer, alors le peuple peut changer, le peuple doit bouger, par le partage, la solidarité et sur s'indigner devant des lois ou des réformes injustes envers le peuple et pour le bien être du peuple.
Il y a peu de temps, on me demanda si j'étais anarchiste et j'ai répondu non je suis tout simplement humain et je veux croire, je veux espérer à une humanité plus unie.
Je veux croire encore que la Déclaration Universelle des droits de l'Homme ( Droits Humains) que celle-ci soit encore respectée, pour l'instant elle est bafouée, tout comme pour la devise de la France « Liberté,Egalité et Fraternité. Notre liberté est provisoire, l'égalité est dérisoire et la fraternité est aléatoire.

Départ de mon second tour de France 9 juillet 2018 3864 km
Page facebook " Le voyageur un sans voix sur la route de l'espoir "

Merci de votre lecture de mes écrits un peu médiocres je l'avoue.
Amitiés Cordiales
Michel CF
.

Re: Un sans voix qui ne veut plus se taire...!

MessagePosté: 29 Juin 2018, 11:22
de ValérieV
Bonjour

C'est énorme le nombre de candidatures que vous avez envoyées !

Malgré l'accompagnement dont vous avez bénéficié, cela ne marche pas.

Je le dis depuis longtemps, on dépense trop d'argent dans l'accompagnement qui ne sert à rien. Je constate une différence entre le discours des accompagnants (Pole Emploi et les partenaires) et les recruteurs. Pour les premiers il faut tenter sa chance partout, comme on peut jouer au Loto, que l'employeur peut vous former. Mais quand je discute avec les recruteurs (agences d'intérim ou employeurs) ce n'est pas du tout cela : il faut correspondre aux critères exigés, sinon pas la peine de répondre. La plupart des entreprises préfèrent ne pas recruter s'ils ne trouvent pas la personne apte à prendre immédiatement le poste. Ils ne veulent pas prendre de risque. Pas question non plus de perdre du temps avec des PMSMP. Pendant ce temps là, des personnes vivent grâce aux millions de chômeurs et les employeurs peuvent mettre la pression sur les salariés. Les chômeurs sont les dindons de la farce.

Oui les séniors ne sont pas considérés par les recruteurs. Mais que fait le gouvernement pour inciter les entreprises à embaucher des seniors ? Rien. Il faut attendre 57 ans pour pouvoir espérer trouver un CDD senior. Mais en France, après 45 ans on est considéré senior. Ce constat est relevé depuis longtemps mais rien ne change. On continue à taper sur les chômeurs en les traitant de fainéants, de profiteurs.

Re: Un sans voix qui ne veut plus se taire...!

MessagePosté: 29 Juin 2018, 15:26
de Rosecelavi
Bonjour Un sans voix,

Je suis allée sur votre page Facebook, bien entendu, j'ai liké ! J'ai partagé votre page sur mon compte, vous devriez pouvoir me retrouver "en civil" avec mon vrai nom :).

N'hésitez pas à garder en mémoire ce fil de discussion et à venir pour nous raconter ici votre parcours, vos rencontres, vos coups de coeur, vos joies, vos colères, si vous avez envie de partager aussi avec nous tout cela.

Sinon, j'irais voir votre compte Facebook.

Bon courage et que le vent vous porte vers de belles rencontres, de belles personnes, je ne vous souhaite que du bon !

Cordialement,

Rosecelavi