Page 1 sur 1

Refus de rechargement de droits

Posté : 07 juin 2017, 19:22
par thomas54
Bonjour,

Pôle emploi me refuse un rechargement de 6 mois de droits au motif que j'aurais démissionné d'une période d'essai en janvier 2017.

Or, aucun contrat de travail ne m'avais été présenté et j'ai effectué ce que l'entreprise m'a dit être une journée "découverte" pour voir si le poste me convenait.

Au terme de cette journée, l'employeur et moi-même avons décidé de ne pas donner suite. Le problème, c'est que cet employeur m'a déclaré (sans m'avoir présenté de contrat de travail) et par la suite, m'a envoyé des documents de fin de contrat dont l'attestation employeur où il signale que j'ai démissionné.

Que puis-je faire ?

Merci d'avance pour vos réponses.

Re: Refus de rechargement de droits

Posté : 08 juin 2017, 11:15
par Rosecelavi
Bonjour

Je vous laisse lire attentivement les échanges sous le lien ci-après :

topic11200.html

Vous pourrez constater que vous êtes effectivement pénalisé par les textes en vigueur en cas de démission à l'occasion d'une ouverture de doit ou d'un rechargement. Ce sont les partenaires dits "sociaux" (sauf la CGT) qui ont imaginé/signé cette nouvelle règle en 2014 et elle fait des dégâts.

La seule issue pour vous serait de retravailler 91 jours au minimum, avec une interruption de votre contrat qui serait bien entendu indépendante de votre volonté, en clair : pas de démission.

Cordialement,

Rosecelavi

Re: Refus de rechargement de droits

Posté : 08 juin 2017, 11:54
par thomas54
Merci pour votre réponse..

Tout ça pour une journée ! En gros, un chômeur peut refuser une offre d'emploi sans être pénalisé, mais quand on se démène pour trouver un taf et que finalement ça ne marche pas, plus d'allocations...

Je viens heureusement d'avoir une réponse positive pour un travail, mais sans allocations ce mois-ci, ça va être dur de s'en sortir...

Merci en tout cas.

Re: Refus de rechargement de droits

Posté : 08 juin 2017, 12:04
par Rosecelavi
thomas54 a écrit :
En gros, un chômeur peut refuser une offre d'emploi sans être pénalisé...
Ne tombez pas dans le panneau en cherchant d'autres coupables que vous. Vous n'êtes pas plus coupable en démissionnant d'un emploi au bout de 24 h, que celui qui refuse un emploi pour des raisons qui lui appartiennent et donc, qui devraient être considérées, à priori, comme étant légitimes, au même titre qu'une démission devrait être considérée, à priori, comme étant légitime au bout d'une journée ou de 6 mois.

Toutes ces règles restrictives et ces sanctions, bouffent la tête, la vie des chômeurs et des salariés et franchement, ce n'est pas la peine, en plus de se déchirer entre nous/vous. Si nous étions un tant soit peu plus solidaires, les partenaires dits sociaux ne pourraient pas pondre des textes aussi violents. Avec ce schéma de pensée un boulevard est ouvert à Macron et ses sbires pour réduire les droits des salariés, des chômeurs en détruisant les droits sociaux : chômage, sécurité sociale, retraite, tout va y passer... Sauf si tout le monde s'unit pour une société plus juste et solidaire.

Cela passe par ne pas considérer que l'autre est plus coupable que vous alors que vous n'êtes coupable ni l'un ni l'autre.

Cordialement,

Rosecelavi

Re: Refus de rechargement de droits

Posté : 08 juin 2017, 15:23
par thomas54
Vous avez bien sûr raison. Rassurez-vous, mon propos n'était pas de culpabiliser qui que ce soit.

Certaines règles sont effectivement absurdes et détruisent le moral des demandeurs d'emplois, impuissants (tout comme les conseillers Pôle emploi) face à la "machine" administrative..

Je ne me plains pas, j'ai la chance d'avoir trouvé un travail et je commence mardi si tout va bien.

Bon courage à ceux qui n'ont pas cette chance et qui galèrent, avec ou sans allocations.

Re: Refus de rechargement de droits

Posté : 08 juin 2017, 18:08
par Rosecelavi
Bonne chance à vous thomas54, pour la suite :)

Cordialement,

Rosecelavi